Internet obligatoire pour jouer sur la future Xbox?

Tests et Découvertes

06 avril 2013 - 09:11

Écrit par Michael Christen.

Tut tut tut tut tuuuuut tuuuu tuuuu brRRRZZrrrrzzz…Pour ceux qui ne l’aurait pas reconnu, ce délire orthographique est en fait une piètre imitation de la connexion d’un modem 56K qui se connectait à internet (pour les nostalgiques, une vidéo vous attend au bas de ce post). Véritable révolution technologique, Internet a connu un succès fulgurant et un rapport de l’agence spécialisée de l’ONU sur les télécommunications (UIT) stipule que, en 2012, 2.3 milliards d’individus dans le monde y sont connectés. Sans revenir sur les nombreuses choses que le web a changé, il y en a une, certes mineure mais importante pour les gamer, sur laquelle nous allons nous arrêter: le fait de devoir être connecté à internet pour jouer.

Une rumeur toute fraîche, relayée par plusieurs sites spécialisés dans le jeu vidéo, annonce que la prochaine Xbox (au nom de code Durango) obligerait le joueur à avoir en permanence une connexion active à internet pour profiter de ses softs. Ce serait la première fois qu’une console de salon imposerait cette contrainte plutôt commune au PC, sous réserve de confirmation de la part de Microsoft évidemment. Toujours est-il qu’il faut espérer que cette fuite ne se concrétise pas car cela pourrait impliquer de nombreux soucis pour le joueur. Il suffit de voir le très récent exemple de Sim City pour s’en convaincre. Sans compter que les connexions ne sont pas toujours stables et qu’il serait si rageant de ne pouvoir jouer à son jeu par la faute de Swisscom ou Cablecom. Et cerise sur le gâteau, les consoles étant la plupart du temps reliées au réseau par le Wi-Fi, la transmission n’est pas non plus optimale.

Certes, cette annonce est à prendre avec des pincettes mais il n’empêche qu’il faut absolument dénoncer cette pratique qui tend à se démocratiser et qui provoque plus de désagréments pour le joueur que d’avantages. En effet, lorsque le consommateur achète un jeu, il est propriétaire d’un bien qui lui appartient et dont la jouissance lui est accordée quand bon lui semble. Partant de là, comment justifier qu’il est au final tributaire du bon vouloir des développeurs qui peuvent lui imposer des horaires où il ne peut pas jouer? Les causes peuvent être diverses: maintenance des serveurs, problème technique ou matériel, etc. Bien évidemment et comme énoncé plus haut, les soucis peuvent être du côté de son fournisseur d’accès à internet. Tout ça alors qu’il ne veut qu’installer ou jouer à un titre accessible en mode solo. A plus long terme, lorsque le jeu se fera vieux, les serveurs fermeront définitivement et ainsi, le consommateur se retrouvera avec un jeu qu’il ne pourra pas utiliser, ne serait-ce que pour une campagne solitaire. Même cas de figure si la société fait faillite, qu’adviendrait-il des serveurs?

Je vais passer volontairement sur les difficultés que l’on peut avoir à installer un jeu avec ces plates-formes virtuelles, ayant déjà déversé un peu de mon acerbe rhétorique sur ce sujet lors du test de Far Cry 3, pour m’intéresser à un autre point négatif de la connexion permanente requise: la ségrégation du consommateur. Et oui, le terme peut paraître dur or c’est celui qui s’applique le mieux à la situation. Une certaine partie de la société ne peut se permettre d’acheter un jeu tout simplement parce qu’il n’a pas accès à internet à son domicile. Le chiffre de 2.3 milliards d’internautes, en gros un tiers des habitants de la planète, implique que les deux-tiers restants ne peuvent pas acheter une palette de jeux mis sur le marché. Ils doivent donc se priver de jouer à des jeux parfois géniaux car ils n’ont pas les moyens ou la possibilité d’avoir accès à l’ADSL. Personnellement, je trouve cette situation révoltante.

Malheureusement, aussi choquante que puisse être cette pratique, elle ne semble pas vouloir cesser et au contraire, s’étend de plus en plus dans l’univers des jeux vidéo. Il reste donc à espérer que Microsoft démente cette rumeur afin de préserver, sur cet aspect-là du moins, un avantage des consoles de salon sur les ordinateurs.

 

articles recommandés

Qui veut cramer des millions : « C’est votre dernier jeu ? »

Top 5 des jeux pour jouer avec sa copine

Le DotA, ce nouveau genre

Place aux commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.