Le mutli offline en voie d’extinction?

Opinion

29 janvier 2014 - 12:11

Écrit par Michael Christen.

Ce n’est qu’un secret de Polichinelle pour les plus anciens gamers: le multijoueur en local est en voie de disparition. Et histoire d’en rajouter une couche, on apprend aujourd’hui que Titanfall, l’explosif et prometteur FPS de Respawn Entertainment, n’offrira pas la possibilité de connecter d’autres manettes pour s’éclater avec ses potes. Il faudra se contenter d’un mode online et d’une partie par écran et micro interposés, niveau convivialité, on repassera. Il est donc légitime de se poser la question suivante. « Bordel, mais pourquoi qu’il y pas un mode en écran splitté? »

La jeunesse, période insouciante de la vie, que l’on regarde toujours avec délectation et envie, en sentant poindre une pointe de nostalgie, parfois même de jalousie, envers ces petits qui vivent une période pour nous depuis longtemps révolue. Si je me sens concerné par cette envolée lyrique (ou, en d’autres termes, branlette poétique) la plupart des fois où je regarde des enfants jouer entre eux, il est en une où, au contraire, je les plains. Cette situation, vous l’avez deviné, est lorsqu’ils s’amusent sur leur console de jeu. Rassurez-vous, j’aime toujours autant le jeu vidéo, simplement, je regrette que nos charmantes têtes blondes ne connaissent pas la joie de dézinguer leurs potes à Goldeneye ou Time Splitters, coudes contre coudes et les provocations fusant autant que la semence d’un puceau à un défilé Victoria’s Secret. En effet, ils sont désormais contraints de s’adonner aux joies du multi en ligne où, seuls devant leurs écrans, ils subissent les insultes d’inconnus se vantant d’avoir eu des rapports sexuels hérétiques avec leur maman, voir leur grand-maman.

Le online payant

Le futur FPS prometteur Titanfall n'offrira pas la possibilité de jouer à plusieurs hors ligne.

Le futur FPS prometteur Titanfall n’offrira pas la possibilité de jouer à plusieurs hors ligne.

À nouveau, le nerf de la guerre est l’argent. Et oui, le refrain est aussi varié que le comportement de Miley Cyrus est chaste mais on doit bien avouer qu’il s’agit de l’explication la plus plausible. Elle l’est d’autant plus avec les nouvelles consoles arrivées sur le marché l’automne passé puisque tant Sony que Microsoft font payer le jeu en ligne avec cette génération de console. Il serait donc inconvenant que les développeurs se mettent à implémenter des modes de jeu en multi local qui permettraient au quidam de s’amuser contre autre chose qu’une I.A sans débourser plus de 60.- par année. De là, à dire que les constructeurs de machines mettent une pression sur les studios de développement, il n’y à qu’un pas que je ne franchirai pas, faute de preuves. Surtout que les constructeurs ne sont pas les seuls à tirer partie de cette situation car qui dit online, dit chacun chez soi avec chacun un exemplaire du jeu…donc plein de sous-sous dans la popoche des éditeurs. Sans compter les microtransactions qui pullulent dans la plupart des jeux en ligne. Un deal win-win pour toutes les parties! Quid du joueur? Pas vraiment si l’on prend en compte le gamer moyen qui n’hésite pas à dépenser de grosses sommes dans des jeux comme Battlefield ou Call of Duty pour être compétitif. Le joueur exigeant, quant à lui, regrettera d’être pris en otage par un système l’incitant à cracher sa thune encore et encore pour s’éclater avec ses amis.

Particulièrement agaçante, cette absence est d’autant plus révoltante sur certains types de jeux. Comment concevoir qu’une simulation de course ne puisse pas être partagée avec des potes. Quoi de plus fun qu’une course à deux, voire quatre joueurs dans la même pièce? Gran Turismo ne propose qu’un mode multi au rabais (deux manettes et pas de bots), Forza 5 ne propose pas de scinder l’écran en plus de segments et Need For Speed: Rivals n’offre qu’un plaisir en solitaire (ça rend sourd il paraît). Même constat au niveau des FPS qui ne sont pas jouables à plus de deux joueurs, si ce n’est exclusivement en ligne comme Killzone ou Titanfall. Certes, c’est déjà bien d’offrir cette possibilité mais ce n’est clairement pas suffisant. Que dire également de Killer Instinct, un jeu de combat (Free-to-play certes) qui ne permet de se foutre sur la gueule avec son pote? Un jeu de BASTON? Non, mais allô, t’es un jeu de baston et tu peux pas te jouer à deux, je sais pas, vous me recevez????

Limitations techniques

Autre explication régulièrement mise en avant pour expliquer l’absence de multi local: un mode split-screen demande trop de ressources aux consoles. Dans une période où l’aspect graphique semble primer sur tout le reste, la justification tient debout. Ce n’est pas pour cela que nous allons la cautionner car sacrifier le moteur graphique pour un mode de jeu (le titre serait toujours aussi beau en solo ou en ligne) au profit d’une ou plusieurs soirées de fun, cela me paraît normal. Surtout que la technologie audio-visuelle à évoluer pour nous permettre de posséder des écrans immenses et doter d’une grosse résolution, la lisibilité de l’action sera toujours plus optimale que sur un téléviseur 62 cm divisé en 4 pour jouer à Goldeneye. Puis, si les jeux sont de plus en plus gourmands, les consoles sont de plus en plus puissantes. Le ration reste le même, ainsi on ne peut croire qu’une Nintendo 64 ou une Playstation puisse tourner cette fonctionnalité et que les monstres d’aujourd’hui ne le pourraient plus.

La 3D pour nous sauver?

Goldeneye sur 64, un jeu de référence pour toute une génération grâce à son multijoueur en écran scindé.

Goldeneye sur 64, un jeu de référence pour toute une génération grâce à son multijoueur en écran scindé.

Je ne pensais pas écrire cela un jour mais il se pourrait bien que la technologie 3D vienne à notre secours pour redonner un élan au multi local. En effet, grâce au Dual Play, deux joueurs peuvent jouer sur la même télé tout en bénéficiant chacun d’un écran complet. Comment que ça marche? Il faut que l’écran soit compatible Dual Play et que sa 3D soit activée, que les joueurs possèdent des lunettes spécifiques et…c’est tout. L’écran va donc diffuser deux images différentes mais chacune sera traitée par une seule paire de lunettes, offrant à son porteur un plein écran. Plus donc de souci à se faire en ce qui concerne la lisibilité de l’action ou le fait de tricher en jetant un œil sur ce que font les autres joueurs. Reste à voir si cette feature plus qu’intéressante peut trouver son public et surtout laisser la possibilité de brancher plus de deux paires de lunettes. Même si ce n’est pas la solution optimale, elle reste à étudier dans le futur pour avoir du fun dans la même pièce sans forcément acheter une console Nintendo et les éternels Mario & cie.

articles recommandés

Speed run: Tony Hawk’s Pro Skater 3

2014, l’année des pétards mouillés

Les manettes brident-elles la créativité?

Place aux commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

2 commentaires

  1. Merde ! Je serais plus aussi bon à call of… Je pourais pas guigner à côté..
    Mais sérieux je trouve ça triste. Même les jeux de voiture ne le permettent plus. Triste époque

    1. Héhé effectivement, ces oeillades auront permis à tout gamer qui se respecte de commettre un nombre important de frags…même si ledit gamer niera ad vitam aeternam toute tricherie 😉 😉