Le prix de la critique

Opinion

28 avril 2014 - 06:57

Écrit par Lucas Breithaupt.

tableau-pacman
Est-ce qu’un même jeu doit obtenir la même note s’il est vendu 30 euros ou 300 euros ? Cette question en apparence triviale cache en fait des implications théoriques importantes.

Répondre oui, c’est se placer directement dans l’univers de la critique d’Art : le journaliste est un « Critique », qui émet un jugement absolu sur les qualités d’une Œuvre. La valeur artistique (par exemple la qualité d’un tableau) est alors distincte de la valeur monétaire (la cote du peintre à un instant donné), qu’il est de bon ton de mépriser. Après tout, les qualités intrinsèques d’un film sur DVD ne changent pas fondamentalement si vous l’avez acheté 30 euros à sa sortie ou 5 euros six mois après.
Si l’on répond non, les choses sont bien plus compliquées. Cela signifie d’emblée qu’on ne considère pas le jeu vidéo comme une œuvre d’art et que le journaliste n’est donc pas un « critique ». S’il ne juge pas une Œuvre, il juge donc un produit (un produit culturel, dirait-on en l’occurrence) dont il est chargé d’estimer la valeur d’usage : ce jeu est-il enrichissant ? Distrayant ? Dans quelle mesure ou pour combien de temps ? À quel point par rapport à un autre au même prix ? Conséquence : ce jugement n’est pas intemporel, il est susceptible de se périmer. Tel jeu jugé sévèrement à cause d’un prix exagéré, reprendra de l’intérêt une fois soldé. Tel autre, jugé positivement pour ses qualités techniques, pourra être totalement dépassé trois ans après.

Ces questions sont concrètement d’actualité face à la sortie de Metal Gear Solid V : Ground Zeroes qui divise la presse spécialisée. L’écrasante majorité des médias de jeux vidéo applaudit des deux mains (avec des notes de 8/10 et plus) le nouvel opus d’une série mythique créée par un concepteur star, Hideo Kojima. Une minorité, tout en reconnaissant des qualités à ce qui est proposé, s’insurge contre la politique tarifaire qui consiste à faire payer 30 euros le prologue d’un jeu ayant la durée de vie d’une simple démo. Nous sommes de ceux-là, et c’est d’ailleurs pour cette raison que vous ne trouverez pas de test du jeu sur notre site puisque nous avons décidé de boycotter cette démo payante.

mgsTOP1

Coucou, je m’appelle Snake, et je suis là pour voler ton argent. Passe une bonne journée.

Le Geek à Brac a toujours considéré que la note dans un test de jeu vidéo devait tenir compte du rapport qualité/prix. Donc nous ne considérons pas les jeux vidéo comme des œuvres d’Art et nous ne sommes pas des critiques d’Art. D’ailleurs, Konami non plus ne considère pas Metal Gear Solid V comme une œuvre d’art : en baissant le prix de moitié par rapport à une production classique, l’éditeur reconnaît que son jeu est un produit plus léger que d’habitude, et donc implicitement que sa valeur monétaire est fonction de la quantité de contenu ludique.

Le prix, comme la durée de vie, entre en compte dans mon jugement sur un jeu, ce qui n’implique pas que les autres productions soient dénuées de qualités créatives ou artistiques ni ne m’obligent à jouer avec un chronomètre. Et bien entendu, je préfère m’amuser pendant deux heures (merci The Stanley Parable) que m’ennuyer pendant dix (merci Lords of Shadow 2).

J’ai beau être l’un des rédacteurs sur ce site ; tout comme vous, chers lecteurs, je paie mes jeux. Ce qui est rarement le cas des journalistes dans cette presse spécialisée. Ces gens-là ont le devoir moral de se mettre dans l’état d’esprit de celui qui paye ses jeux avant d’écrire. Le font-ils toujours ? J’en doute.
Mais qu’importe : au final, je ne sais pas ce qui est le plus gênant dans cette affaire ; est-ce le sentiment que certains confrères (rémunérés, eux) se montreraient peut-être plus sévères s’ils devaient payer eux-mêmes leurs jeux ? Ou est-ce la quasi-certitude que le même produit sorti sous un autre nom, sans la « marque » Kojima, se serait fait unanimement descendre ? Ah ha, en voilà une question pertinente.

articles recommandés

Un pack Xbox One sans le Kinect!

Speed run: Tony Hawk’s Pro Skater 3

GTA V : Le test en après-première

Place aux commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.