Test: 140, quand la musique est bonne!

Tests et Découvertes

10 mars 2014 - 02:33

Écrit par Michael Christen.

En bons fans de jeux indépendants, vous avez sûrement entendu parler de Limbo. Cependant, le réalisateur danois de ce dernier, Jeppe Carlsen (non, ce n’est pas l’anagramme de l’interprète de Call Me Maybe), a également sorti un autre jeu: 140. Trois chiffres pour un titre sorti en octobre 2013 et…en catimini. Pourtant, le concept se voulait alléchant: un jeu de plate-forme a l’esthétique rétro utilisant activement la musique dans son gameplay. L’idée est ambitieuse mais qu’en est-il de sa concrétisation, disponible sur PC et Mac?

Tout d’abord, que ceux dont les combinaisons alambiquées de touches donnent de l’urticaire se rassurent, il n’est pas question de tels enchaînements dans 140. Au contraire, les seules possibilités sont d’aller à droite, à gauche et de sauter. Simpliste certes, mais pas simple pour autant. Déjà, le jeu ne vous offre pas de tutorial, c’est à vous de comprendre les mécanismes. Ensuite, les niveaux se compliqueront rapidement même si les checkpoints sont nombreux. Alors en quoi innove le jeu? Et bien, nous y arrivons, galopin!

Le premier boss risque de vous causer pas mal de problèmes.

Le premier boss risque de vous causer pas mal de problèmes.

Concours de beats

De même que Rez, considéré comme le premier shooter musical, 140 peut se targuer d’avoir inventé un nouveau style de jeu: la plate-forme musicale. Non, non, pas simplement mettre de la musique dans un jeu de plate-forme, d’autres l’ont déjà fait, mais baser son gameplay sur le rythme de la zik. Pour être plus clair, chaque élément fait du bruit en se mouvant, bruit qui s’intègre dans le beat général. Ainsi, le tout se combine pour former le thème musical du niveau et vous, joueur, devrez vous calquer sur celui-ci pour avancer. Si le premier niveau est relativement facile (si ce n’est le boss), les suivants mettront votre sens du rythme à rude épreuve. Il faudra vraiment jouer avec le son de votre téléviseur à fond (voire avec un casque) pour franchir les pièges.

Graphismes 16-beats

Tout comme la jouabilité, le style graphique a été réduit à son plus simple aspect. Au contraire de Limbo, l’ambiance fait la part belle aux formes géométriques simple et aux couleurs flashy…mais c’est tout! Pas de décors, pas de personnages (vous incarnez un polymorphe géométrique, tantôt carré, rond ou triangle) ou d’ennemis, c’est du très simpliste et…on adhère. En effet, la charte graphique suit tout à fait l’idée du jeu d’utiliser la musique comme seule « alliée ». Ainsi, il n’y a pas de repère visuel, les oreilles feront le boulot que font habituellement vos yeux.

La musique d’ailleurs est très prenante et se laisse facilement appréhender par quelqu’un qui n’a pas le sens du rythme (au hasard, moi). Il s’agit d’électro assez minimaliste qui s’enrichit de nouveaux riffs au fur et à mesure des niveaux. Vous vous surprendrez vite à chantonner la mélodie à haute voix afin de vous aider lors de certains passages périlleux.

Une esthétique simple mais efficace.

Une esthétique simple mais efficace.

Trop court…comme ton beat!

À tout moment d’un test, il arrive à un moment où l’on doit se résoudre à parler des points faibles du jeu et dans le cas de 140, il s’agit de la durée de vie. Même pas deux heures pour un premier run et une rejouabilité franchement peu envisageable, c’est peu. Ok, le prix n’est que de 5 euros mais on en attendait un peu plus. Les bonnes idées ne sont qu’effleurées et on a plus l’impression d’avoir fini le tutorial plutôt que le jeu. On débloque bien un mode miroir/1 life à la fin mais c’est peu enthousiasmant.

En résumé, on a affaire à une bonne expérience, qui se savoure comme un bon disque mais qui n’offre malheureusement pas beaucoup plus. On espère fortement que le danois Jeppe Carlsen souhaite persévérer dans ce style et réaliser un jeu plus abouti dans sa durée de vie. En l’état, il s’agit d’une expérience à tester si vous avez de la thune de côté.

Les plus:

– Un gameplay très intéressant

– La musique est entraînante

– Le style graphique simple mais efficace

– Une prise de risque comme on aimerait en voir plus souvent

Les moins:

– La durée de vie (max 2 heures)

– Un gros manque de rejouabilité

– Le prix

 

 

articles recommandés

Watch_Dogs repoussé en 2014

La Xbox One reportée à 2014 en Suisse!

Humble Bundle Pack : les tests

Place aux commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Un commentaire

  1. Moi j’ai adoré ce jeu! À chaque fois qu’on débloque une nouvelle plateforme, ça ajoute une piste à la bande sonore et ça devient de plus en plus riche! Mais c’est vrai que je qu’on a mis bien moins de 2 heures à le terminer et pourtant je suis une daube en jeux vidéos, alors c’est dire. C’est un peu frustrant quand même !